Étude sur les déprédations et les prises accessoires en Polynésie : premiers résultats inquiétants



Nous vous avions annoncé l’arrivée de Juliette Biquet, étudiante en césure de master, pour une étude sur les déprédations dans le cadre de la pêche hauturière en Polynésie française. Ce travail est issu d’une collaboration entre la Direction des Ressources Marines et Minières (DRMM), le GEMM et le CRIOBE. Après trois campagnes embarquées et une patiente enquête dans les archives des pêches, en voici les premiers résultats. 60 palangriers ciblent aujourd'hui officiellement le thon dans la zone économique exclusive de Polynésie française. D’après les chiffres des pêcheurs, de 15 à 20 000 raies et requins sont accidentellement remontés chaque année. Traitées comme des nuisances, ces prises accessoires sont fréquemment mutilées puis rejetées et leurs chances de survie sont très faibles. Par exemple, la mortalité des lanciers (poissons de profondeur), non estimée, devrait se situer autour de 100 % des animaux capturés. Le taux de mortalité des oiseaux marins et des cétacés est aujourd’hui inconnu.

En ce qui concerne les déprédations (prédation des appâts et des prises), le report était inexistant jusqu'en 2016 et reste aujourd'hui très flou, le nombre de poissons attaqués n'étant pas noté par les capitaines. De même, les dynamiques des populations impactées restent inconnues car les actes de déprédation ne sont pas systématiquement et correctement reportés dans les carnets de pêche (identifications fantaisistes, etc.). Un programme observateur permet certes de collecter des données mais sa couverture est faible (entre 1.8% et 6.5% des hameçons mis à l'eau depuis 2005). Les observateurs notent une très faible déprédation par les cétacés à dents (autour des 1%), alors que les pêcheurs les décrivent comme un cauchemar...

Juliette prépare actuellement avec le GEMM et le CRIOBE un certain nombre de notes et de recommandations en direction des administrations concernées dans le but d’améliorer le suivi des pêches et la participation des équipages.

  • Le GEMM au quotidien sur FaceBook