Recommander le site du G.E.M.M. Groupe FaceBook 'Dauphins de Rangiroa' Faire un don au Groupe d'Étude des Mammifères Marins de Polynésie Écovolontariat

G.E.M.M. - Groupe d'Étude des Mammifères Marins de Polynésie

ACTUALITÉS

Écologie

En passant par les Marquises

27 octobre 2017 / Depuis les années 1960, les prises dans le Pacifique sud ont baissé de 60% pour le thon germon, 62% pour le thon jaune, 84% pour le thon obèse ou encore 86% pour le thon rouge du Pacifique avec, comme victimes collatérales, requins, tortues et mammifères marins. La pêche industrielle détruit et n’est rentable qu’à court terme : par tonne de poisson pêché, elle utilise cinq fois plus de subventions gouvernementales, deux à quatre fois plus de carburant et emploie vingt-quatre fois moins de personnes que la pêche artisanale. La pêche industrielle conduit partout dans le monde à l’extinction des espèces animales et à l’appauvrissement de la biodiversité et des populations, car moins il y a de poissons dans les océans et plus les armateurs et les distributeurs s’enrichissent. Depuis 2012, le G.E.M.M. tente sans résultat d’alerter les pouvoirs publics sur les conséquences de la pêche industrielle, notamment sur les mammifères marins. Aujourd’hui, ce sont les populations polynésiennes qui commencent à subir les effets de la surpêche, en perdant leur autonomie alimentaire. Voilà pourquoi le G.E.M.M. soutient les petits pêcheurs et les populations locales des Marquises dans leur refus de voir des bateaux de pêche industrielle opérer dans leurs eaux.

À bientôt !

L'équipe du G.E.M.M.


Campagnes & Expéditions

Céta’Vigie, deuxième session

28 septembre 2017 / Lors de notre seconde session 'Céta'Vigie' de la saison 2017, nous remarquons tout d'abord la présence constante des baleines à bosse, surtout la nuit. Petite année néanmoins pour un mois de septembre à Makatea, avec tout-de-même trois couples mère-baleineau enregistrés mais aussi la rencontre spectaculaire avec un groupe de globicéphales tropicaux en interaction avec quatre baleines au sud de l'île. Notons également l'observation régulière du grand dauphin 'King Louie' et des dauphins à long bec.

Sans oublier le plaisir de rencontres avec de nouveaux amis et fans du G.E.M.M. ainsi qu'une soirée de présentation des atouts touristiques et écologiques de l’île. Pour l'occasion, la dynamique Sylvana, de l’association 'Fatu Fenua no Makatea', est intervenue pour la mise en place d’un rahui (système traditionnel de préservation des ressources) ; Ludwig, de l’association Manu, s'est exprimé pour les oiseaux, l’apiculture et la cueillette des fougères sauvages employées dans l’industrie du cosmétique ; le G.E.M.M., quant à lui, a discuté du développement d’un whale-watching intelligent à Makatea. Salle comble et soirée réussie !

Un regret cependant, celui du déboisage de la friche industrielle organisé par la commune. En arrachant les vestiges à leur cercueil de végétation, de mystère et de poésie, Makatea nous offre le spectacle sans charme d’un tas de ferrailles lépreuses. Un atout en moins pour capter les rares touristes qui parviennent sur l’île après un parcours particulièrement semé d’embûches. À quand la mise en service public de la vedette flambant neuve destinée à désenclaver Makatea et les îles voisines ?

De nombreuses images aériennes ont été collectées grâce au drone de Ugo. Par ailleurs, les 9 participants de cette session exceptionnelle ont vécu un stage de désintoxication numérique salutaire, au bout du monde !

À bientôt !

L'équipe du G.E.M.M.


Campagnes & Expéditions

L'écotourisme au secours de Makatea

« Ce n’est pas la Polynésie qui est un Paradis, c’est vous qui avez transformé vos paysages en enfer… »

18 septembre 2017 / Départ de la deuxième campagne annuelle du G.E.M.M. sur les baleines à bosse de Makatea. Huit personnes, deux bateaux et deux semaines consacrées à témoigner en images des nombreux charmes envoûtants de cette île : mammifères marins bien entendu mais aussi forêts originelles, avifaune unique, plages à tortues, récifs coralliens intacts, gouffres, falaises et grottes inexplorées. Et à réfléchir, avec la majorité des habitants opposés à la réindustrialisation de l’île, sur des expériences de développement durable particulièrement prometteuses, comme celle de Jacky en agriculture biologique, l’apiculture ou le tourisme nature. Encadrées par les guides motivés de l’association environnementale locale et organisées dans le cadre d’une aire protégée et d’une hôtellerie familiale, des activités de plein air comme la plongée, la spéléologie, l’escalade, les randonnées ornithologiques et botaniques, l’observation de baleines et de tortues, pourraient en effet offrir une alternative économique intelligente à la destruction irréversible de la structure géologique même de l’île. Rappelons que la forêt originelle de Makatea et un paysage apparenté au tsingy malgache sont, par décision de la municipalité de l’ouest-Tuamotu (Rangiroa) et contre la volonté des habitants de l’île, destinés à être proprement concassés sur 6 à 7 mètres de profondeur et sur plus de la moitié de la surface de l’île par une entreprise australienne. Ce qui constituerait une catastrophe humaine et écologique majeure en Polynésie et dans le Pacifique sud.

À bientôt !

L'équipe du G.E.M.M.


Campagnes & Expéditions

Campagne REMMOA Antilles-Guyane

13 septembre 2017 / Cette année encore, le Groupe d'Étude des Mammifères Marins de Polynésie participe à la campagne de Recensement des Mammifères Marins et autre mégafaune pélagique par Observation Aérienne (REMMOA) financée par l'Agence Française pour la Biodiversité et coordonné par l'Observatoire Pélagis de La Rochelle, à travers la présence de Pamela Carzon. Cette campagne de deux mois est la première du second volet REMMOA, qui a déjà couvert la zone ainsi que le sud-ouest de l'océan Indien, la Polynésie française, la Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna entre 2008 et 2015. L'aventure se poursuit donc, malgré des conditions météorologiques très instables ponctuées par le passage destructeur de l'ouragan Irma. Outre les vols d'observation et de collecte, des animations sont en préparation afin de partager le quotidien de l'équipe et les connaissances acquises sur les mammifères marins et les autres espèces pélagiques de la Caraïbe et de Guyane. Lire l'article publié sur le site de l'AFB.

À bientôt !

L'équipe du G.E.M.M.


Campagnes & Expéditions

Un mois d'août très chargé !

7 septembre 2017 / En août, le G.E.M.M. a poursuivi son suivi des grands dauphins de l'atoll de Rangiroa et des baleines à bosse de Makatea à travers une mission Céta'Plongée et une expédition Céta'Vigie. Des campagnes riches en informations et en observations sur lequelles nous avons accueilli Annie, écovolontaire venue passer un mois à nos côtés. Les grands dauphins résidents de la zone de Tiputa ont été très réguliers au cours de nos plongées, avec une présence majeure de Joy, Rose, Nikki, Yuki et Zélie. À Makatea, nous avons attendu quelques jours une accalmie du mara'amu avant de retrouver des conditions d'observation optimales : couple mère-petit, mâles chanteurs, groupe actif, adultes et subadultes ont été au rendez-vous, parmi lesquels un jeune mâle au tempérament explorateur que nous avons observé pendant une semaine et baptisé « Jacky ». Présence également régulière des dauphins à long bec et du grand dauphin « King Louie », particulièrement en début de matinée et en fin d'après-midi. De nombreuses données ont été collectées dont des photographies, enregistrements de chants et vidéos. Un avant-goût de la saison 2017, qui se poursuit pour le G.E.M.M. en septembre.

À bientôt !

L'équipe du G.E.M.M.


Tursiops truncatus

 

 

G.E.M.M.